Comité de soutien des Bouches-du-Rhône aux Presstalis en lutte

Professionnels des médias, hommes et femmes de culture, universitaires, enseignants, élus, organisations politiques et syndicales, associations des Bouches-du-Rhône, nous sommes alarmés par la situation de Presstalis.

La grande majorité des titres, les lecteurs, les citoyens et les salariés de la filière n’ont rien de bon à attendre du plan de restructuration de Presstalis. Ils ont, au contraire, intérêt à défendre le pluralisme, à se mobiliser pour en renforcer ses principes et obtenir dans ce cadre une véritable refondation du système de distribution de la presse. C’est pour ces raisons que ce comité de soutien départemental aux Presstalis, en lutte depuis plusieurs mois maintenant, s'est mis en place à partir de cet appel :

 « Le temps presse pour le pluralisme »

La situation de la distribution de la presse en France est plus qu'alarmante. Le plan de restructuration de Presstalis prévoit le licenciement d'un salarié sur deux et préfigure la destruction du système de distribution coopérative mis en place par la loi Bichet issue des valeurs  de la Résistance. En plus de supprimer 1 200 emplois, ce plan fait peser de lourdes menaces sur le pluralisme de la presse, indispensable à la démocratie. Dans ces conditions, l'État ne peut pas le cautionner. Le gouvernement doit agir vite car le temps presse pour le pluralisme. L'enjeu est immense, la presse ne peut être soumise aux règles de l'argent-roi. Citoyens des Bouches-du-Rhône où une centaine d'emplois est en jeu, nous demandons le retrait du plan de restructuration et l'organisation d'une table-ronde avec tous les acteurs du secteur. Il faut mettre fin à la concurrence malsaine qui fragilise la filière et mettre en place un service public de la distribution sous la forme d'une Messagerie unique de presse. En soutenant la lutte des salariés de Presstalis, nous défendons le pluralisme et le débat démocratique dans notre pays. Le gouvernement doit les entendre.

Nous avons déjà recueilli plus d’une centaine de signatures de personnalités qui marquent le monde de la culture et des médias dans le département. Des journalistes qui font vivre les titres comme La Marseillaise, Le Ravi, Marsactu, l'Humanité des dirigeants du secteur, des imprimeurs, mais aussi des élus dont quatre parlementaires (deux communistes et, c'est à souligner, deux socialistes), des responsables syndicaux, des organisations... toutes et tous convaincus de la justesse du combat des Presstalis.

Car au-delà de l’impérieuse nécessité de sauvegarder les emplois, il s’agit bien du pluralisme de la presse qui est en danger et que nous devons défendre.

 

                          REUNION-COMITE-PRESSTALYS-02.R.T.jpg

                       Lancement du comité de soutien à Marseille le 12 décembre 2012

Pour être signataire : comitesoutienpresstalis13.overblog.com