L'ADRESSE de Pierre LAURENT, tête de liste

portrait pierre laurent          

               L'ADRESSE de Pierre LAURENT,
           tête de  liste de :

      « Ensemble pour des régions à gauche,
         solidaires, écologiques, citoyennes »

              soutenue par le Front de Gauche.

Madame, Monsieur,


    La campagne pour les élections régionales a commencé. Dans le débat public, les principales questions sont occultées. C'est particulièrement le cas pour ce qui concerne l'emploi, la formation, les salaires, les services publics, l'utilisation de l'argent, les pouvoirs des citoyens.
    L'Île-de-France est l'une des régions capitale les plus riches d' Europe (la deuxième en termes de PIB par habitant et la première en termes de PIB par emploi occupé), mais elle est aussi dans le peloton de tête en matière de chômage, de précarité et d'insuffisance des salaires.
    L’État a injecté des dizaines de milliards d'euros pour conjurer l'effondrement du système financier et soutenir les banques. Tout cet argent a été alloué sans aucun changement des critères du crédit et sans aucune contrepartie chiffrée pour les entreprises en matière d'emploi, de formation, de masse salariale, au bénéfice des actionnaires et des profits des banques, tandis que les salariés et les citoyens sont maintenus écartés des choix d'investissement.
    Aussi, la reprise s'annonce-t-elle lente, chaotique, très peu créatrice d'emplois et d'activité, tandis que redouble le chômage, les délocalisations, la spéculation et les placements financiers.
    En Île-de-France, cette perspective est renforcée par le projet d'un « Grand Paris » pour la finance avec des « pôles de compétitivité » pour écrémer les ressources humaines au profit de multinationales totalement dé-responsabilisées au plan social et écologique et d'une concurrence très accrue entre régions.
    Cette croissance faible et malsaine rechutera dans un krach et une récession beaucoup plus graves encore que ce que l'on vient de connaître si, sans attendre et dés le niveau régional, on ne se rassemble pas autour d' exigences sociales et démocratiques pour réorienter l'argent des fonds publics, du crédit et des profits. Le budget régional, et notamment les aides aux entreprises, doit servir à améliorer l'emploi et la vie des populations avec l'incitation à un autre crédit bancaire et sous contrôle démocratique.
    J'accorde une importance considérable à ces enjeux et j'entends, à partir de vos attentes, m'engager dans la campagne et au-delà des élections pour contribuer au déploiement et à la prise en compte de luttes, d'interventions et de propositions afin que l'argent des francilien(ne)s serve à répondre aux besoins sociaux et culturels de développement en Île-de-France et, à partir de cette région, en coopération en France, en Europe et dans le monde.
    Contre le « Grand Paris » pour la finance et la spéculation, il faut et on peut construire une Île-de-France de l'emploi, de la formation, des services publics et de la démocratie de participation et d'intervention.
    Je vous invite à venir en discuter le vendredi 26 février 2010 de 18h00 à 22h00, salle des Agriculteurs - 8, rue d' Athènes- Paris 9 (métro Saint Lazare ou Liège).

Veuillez agréer l'expression de mes salutations distinguées.

Paris, le 11 février 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :